La rançon

LCP
Enquête sur le business des otages
04/08/18 ~ 16:00 - 16:55

Chaque année, 30 000 personnes sont la cible de rapts crapuleux. Derrière chaque kidnapping, il y a une demande de rançon et un négociateur en action. Autrefois réservés aux hommes d'affaires et aux multinationales, les contrats «Kidnap & Ransom» couvrent désormais les journalistes, sportifs, ONG et simples particuliers, faisant fructifier les compagnies d'assurances et les sociétés de sécurité privée. Au Venezuela, pays le plus touché par les prises d'otages, il a pu suivre les étapes des pourparlers entre les ravisseurs d'un jeune homme et son père. Critique : Quelque trente mille kidnappings recensés chaque année font du business des otages un secteur économique en plein ­essor. De quoi inspirer aux sociétés d’assurances des produits spécifiques, nommés « Kidnap and ransom » et proposés aux personnalités du monde des affaires, mais aussi aux journalistes, aux membres d’ONG et à toutes sortes d’individus exposés au risque croissant d’enlèvement. Car il n’est plus besoin d’être richissime pour éveiller la convoitise des preneurs d’otages, comme l’explique la vice-présidente des assurances Tokio Marine HCC, qui pointe l’augmentation du nombre d’« enlèvements à l’arrache, “vite fait, mal fait” » et note la rentabilité des « petits coups ». Inspiré d’un livre de la journaliste Dorothée Moisan (1) , qu’elle a adapté avec Rémi Lainé, La Rançon nous mène de Londres à Abidjan et de New York au Venezuela, où les enlèvements sont plus nombreux que partout ailleurs. Plus encore que les propos recueillis auprès de quelques assu­reurs et d’anciens otages, c’est la ­parole de négociateurs, obtenue non sans difficulté, qui fait le prix de ce documentaire. Le cas du journaliste danois Jeppe Nybroe, enlevé à la frontière libano-­syrienne en février 2014 et qui dut sa libération à l’action d’un négociateur privé, donne ainsi lieu à l’une de ses meilleures séquences. Les témoignages du kidnappé et de son sauveur s’y complètent pour éclairer le déroulement, de part et d’autre, des négociations ayant permis un règlement rapide de cette situa­tion critique.   (1) Rançons, enquête sur le business des otages, Fayard 2013.