Rien ne vaut la douceur du foyer

France 3
20:55 - 22:30

Lisa Berton a tout fait pour oublier son passé. Elle a quitté la maison où elle a été accusée d'avoir tué sa mère alors qu'elle n'avait que 10 ans. Vingt ans plus tard, Lisa, devenue Cécile Morel, et son compagnon rachètent la propriété d'enfance de Cécile. A leur arrivée, ils trouvent une inscription... Critique : Réputée invendable pour avoir été jadis le théâtre d’un matricide, une belle maison sur la côte trouve finalement acquéreurs. Mais le jour de leur emménagement, c’est une tête de mort et une mise en garde, inscrites en lettres rouges sur leur porte d’entrée, qui accueillent Alex et Cécile Morel… Réouverture de l’enquête par la gendarmerie, flashbacks incessants d’une épouse au bord de la crise de nerfs… Dix minutes suffisent pour découvrir le pot aux roses : Cécile Morel n’est autre que ­Lisa Berton, la petite fille suspectée d’avoir tué sa mère. Passé cet incipit en trompe-l’œil façon Columbo — l’enjeu n’est plus de connaître ce que cache l’héroïne, mais comment et par quels rebondissements les autres personnages vont l’apprendre — une autre histoire démarre. Avalanche de macchabées sur fond de haines recuites et de liaisons adultérines, bisbilles immobilières et chantage au centre équestre. Dit comme ça, ce pourrait être du Chabrol. En dépit d’une relative finesse des dialogues, on navigue hélas plutôt du côté de Plus belle la vie…
 
Chargement...
Chargement...