Les trois vies de Gundermann

Arte
30/09/20 ~ 00:30 - 02:30

1975, en Allemagne de l'Est. Conducteur de pelleteuse dans une mine de charbon et passionné de chanson, Gerhard Gundermann cherche à faire connaître le groupe qu'il forme avec sa bande de copains. Fervent marxiste mais électron libre, l'ouvrier n'hésite pas à critiquer le régime et finit par être exclu du parti. Un officier de la Stasi lui propose alors un marché : son groupe aura le droit de se produire à l'Ouest si Gundermann accepte de devenir un informateur de la police politique. En 1992, alors que son succès va croissant dans l'Allemagne tout juste réunifiée, Gundermann est rattrapé par son passé... - Critique : Allemagne de l’Est, 1975. Gerhard Gundermann, jeune musicien lunaire, travaille à la mine le jour et répète le soir. Marxiste convaincu, il est exclu du parti à cause de ses positions critiques sur le régime. Difficile, dès lors, d’aller jouer à l’Ouest, comme Gerhard le souhaitait… Un officier de la Stasi va alors lui proposer un pacte faustien : s’il devient leur informateur, il pourra se produire de l’autre côté du rideau de fer. Gerhard accepte et sa carrière décolle. Mais quinze ans plus tard, alors que la commission Gauck enquête sur les agissements de la Stasi, son passé le rattrape. Franc succès en Allemagne à sa sortie, ce téléfilm retrace la biographie d’un chanteur réel, très populaire en ex-RDA après la réunification. On comprend facilement pourquoi le réalisateur s’est intéressé à lui : idéaliste et contestataire, mais dévoué à la cause socialiste au point de trahir la confiance de ses amis, Gundermann était une contradiction vivante, dont l’existence semble résumer à elle seule le passé difficile du pays. Le film s’intéresse longuement aux failles du personnage, auscultées avec une certaine empathie. Dommage que la réalisation se révèle aussi falote et les dialogues, trop lourdement explicatifs. En revanche, les scènes musicales, qui donnent à entendre les chansons mélancoliques de Gundermann, sont une réussite.