Imitateurs, des voix pas comme les autres

France 4
22/05/18 ~ 20:55 - 22:45

A la télé, à la radio ou sur scène, les imitateurs sont devenus une valeur sûre du divertissement français. En la matière, Laurent Gerra et Nicolas Canteloup sont les deux vedettes du moment, auxquelles on pense immédiatement. Mais ils sont loin d'être les premiers. Ce documentaire est l'occasion de redécouvrir les sketches de Thierry Le Luron, Claude Vega, Jacques Martin, ou même Henri Tisot. De revoir les imitations de Patrick Sébastien, Yves Lecoq, Sandrine Alexi, Gérald Dahan ou Didier Gustin. Mais aussi de percer les mystères de la nouvelle génération d'imitateurs dont les tournées affichent complet : Michaël Gregorio, Véronic Dicaire ou Marc-Antoine Le Bret. Critique : « Quoi, ma gueule ? Qu’est-ce qu’elle a ma gueule ? » Longtemps, Johnny fut la victime idéale d’imitateurs chevronnés. Facile à mimer avec son style et ses expressions marquées, l’idole des jeunes souffrit de ses caricatures. Les Guignols, par exemple, tapèrent fort en le présentant comme un imbécile heureux, ringard et plouc, affublé d’un nez proéminent et de tics de langage. Vexée d’avoir été ainsi moquée, la star voulut « casser la gueule » à l’imitateur phare de l’émission satirique, Yves Lecoq… Poils à gratter des stars mais aussi des hommes politiques, les imitateurs sont légion au pays de la liberté d’expression. Ce documentaire fleuve évoque aussi bien le parcours des cadors du genre, tels Laurent Gerra ou Nicolas Canteloup, mais aussi celui des néophytes comme Michaël Gregorio. Ce dernier éblouit par ses prestations vocales, capable d’imiter à la perfection des célébrités de la chanson comme Billie Holiday, Louis Armstrong ou encore, dans un autre registre, Dave. Si l’ensemble reste aussi lisse que la coiffure du chanteur de Vanina, on s’amuse face au fouillis d’anecdotes. Le film intéresse aussi lorsqu’il aborde brièvement la critique corrosive des politiques en place. Tel Thierry Le Luron, anarchiste de droite, se moquant ouvertement de François Mitterrand sur un plateau de télévision en 1981. Rire pour mieux dire.