Gloria Mundi

Canal+
02/10/20 ~ 07:17 - 09:01

La jeune Mathilda vient de donner naissance à Gloria, sa fille. Sylvie, la nouvelle grand-mère, mariée avec Richard, décide alors de prévenir Daniel, le père de Mathilda. Tout juste libéré de prison, ce dernier se rend donc à Marseille pour rencontrer sa petite-fille et tenter de renouer avec ses proches. Mathilda l'accueille froidement. Daniel fait aussi connaissance du reste de cette famille recomposée avec Bruno et Aurore, les seuls qui semblent s'en sortir économiquement et qui tiennent un magasin de dépôt-vente. Un jour, Nicolas, le père de Gloria, est agressé. Mathilda demande alors à Daniel de garder sa fille... - Critique : Gloria Mundi s’ouvre sur la naissance de Gloria, fille de Mathilde (Anaïs Demoustier). À la maternité, les proches défilent, mais il manque Daniel (Gérard Meylan), le père de Mathilda, qu’elle a peu connu… Peu après, il sort de prison et cherche à reprendre contact. Le repris de justice fait alors connaissance avec sa famille recomposée. Son ex-femme (Ariane Ascaride) et Richard, chauffeur de bus (Jean-Pierre Darroussin), n’hésitent pas à l’héberger. Du côté des enfants, c’est plus compliqué : Daniel constate que les temps sont difficiles, sauf pour le jeune couple formé par Bruno (Grégoire Leprince-Ringuet) et Aurore (Lola Naymark), profiteurs cyniques maquillés en néo-entrepreneurs… On est loin de l’Estaque, des nouveaux quartiers d’affaires (la Joliette) ou des secteurs de passage (Plombières). On est dans un Marseille en chantier, qui mute, hybride, glacial. Ce manque de chaleur est raccord avec la dégénérescence sociale décrite, la disparition de la solidarité, de l’entraide. En pleine guerre économique, les habitants sont prêts à tout pour survivre. Le vingt et unième long métrage de Robert Guédiguian est donc un mélodrame social, implacable et simple. C’est la ­jeunesse que le cinéaste filme en priorité. Il la montre instable, précarisée, atomisée. Disparu, le combat collectif d’antan. Disparu même le cocon du couple. Il ne reste que des individus sous pression, qui se font du mal et se trahissent pour satisfaire des pulsions. Gloria Mundi se révèle finalement d’une noirceur rageuse.
 
Chargement...
Chargement...