Enfance abusée

France 2
20/11/18 ~ 23:10 - 00:25

3,5 millions de Français ont été victimes de violences sexuelles dans leur enfance. Huit victimes racontent avec pudeur les faits qu'elles ont subies et les conséquences désastreuses que ces viols ont eues sur leur vie. Les enfants sont la plupart du temps sous emprise et se taisent par peur, par culpabilité, ou parce qu'ils craignent de ne pas être crus. Parfois les victimes mettent en place des défenses psychologiques et oublient les événements traumatiques. Souffrance psychique, trouble du comportement alimentaire, addiction à l'alcool et aux drogues, dépressions, tentatives de suicide, les dégâts causés par la pédophilie sont nombreux. Souvent, la reconstruction passe par la parole, et, quand il n'est pas trop tard, la justice. Critique : C’est un ami de la famille qu’Andréa, 8 ans, « aime bien ». Un adulte doux et charmant qui joue avec elle, avec son corps, avec son sexe. Et lui fait promettre de n’en rien dire, c’est leur secret. Il la viole régulièrement pendant quatre ans. Tendresse et douleur. Confusion des émotions et des sentiments… C’est un entraîneur de foot que Kevin, 6 ans, craint. Un adulte qui le prend sous son aile protectrice et l’agresse sexuellement dix années durant, menace de le tuer s’il en parle à quiconque… C’est un frère, une tante, un père, un prêtre… Huit victimes, hommes et femmes, témoignent courageusement face caméra. Souvent au bord des larmes, ils font le récit des événements traumatiques qu’ils ont vécus enfant et décrivent le carnage intérieur, le vide abyssal, le dégoût de soi, la sensation d’être souillé, l’envie de « s’ouvrir les veines pour sortir cette saleté qui nous pourrit de l’intérieur ». Ils butent contre ce mystère : pourquoi ont-ils tenu leur langue si longtemps ? Ils n’en savent souvent rien et se détestent pour cela. « Le silence nous tue », dit l’un d’eux. Et c’est tout le sens de ce documentaire d’Eric Guéret (Trans, c’est mon genre ; Homos, la haine) que d’encourager les victimes à dénoncer leurs agresseurs ; les proches, à ne plus fermer les yeux dans cette idée — folle ! ­— de préserver la famille de l’implosion ; et notre société, à regarder enfin la pédophilie au fond des yeux. Trois millions cinq cent mille Français seraient victimes de violences sexuelles pendant leur enfance, avance Guéret. Il ne s’agit pas de cas isolés mais d’un fléau majeur. D’évidence, notre réponse collective est loin, très loin d’être à la hauteur.   Suivi d’un débat animé par Marie Drucker, avec Sébastien Boueil, fondateur de l’association Colosse aux pieds d’argile, et la députée Maud Petit.
 
Chargement...
Chargement...