Contes de la virginité

Arte
00:15 - 01:45

Aux Etats-Unis, une jeune fille sur huit prône l'abstinence sexuelle avant le mariage. Les chrétiens évangélistes, qui défendent une interprétation rigide de la Bible et une société fondée sur le sacrement du mariage, sont remarquablement influents au pays de la liberté individuelle. La famille Wilson, de Colorado Springs, en est un exemple frappant. Leurs sept enfants sont scolarisés à la maison et ils sont les initiateurs des «Purity Balls», bals où les jeunes filles, escortées par leur père, font le serment de rester vierges jusqu'à l'autel. Paradoxalement, ces abstinents se montrent aussi obsédés par le sexe que la société qu'ils pourfendent. Critique : Voici la belle histoire d'une famille de chrétiens évangélistes. Les Wilson vivent à Colorado Springs et enseignent à leurs sept rejetons les valeurs fondamentales de leur communauté, une main sur la Bible, l'autre sur le portefeuille. Leur credo ? Enrayer par la prière le « déclin de la nation ». Et surtout, respecter l'abstinence sexuelle avant le mariage, afin d'éviter le chaos civilisationnel. En suivant la famille dans tous les aspects de sa vie quotidienne, ce documentaire à la fois drôle et glaçant, bien qu'un peu long, capture l'essence d'un mode de vie surrréaliste, entre rigorisme religieux et glamour de pacotille — la pensée de Sarah Palin dans les décors de Liberace... Confits dans les certitudes de leur foi inébranlable, les Wilson évoluent dans une bulle protectrice, dégoulinante de guirlandes, de tulles et de brushings froufroutants dignes des Feux de l'amour. Un monde merveilleux où de jeunes vierges en tutu immaculé dansent autour de croix géantes, où les femmes font la cuisine en attendant les hommes (partis à la guerre), où les pères organisent des « bals de la virginité » pour leurs filles, où l'on déguise les garçons en chevaliers du Moyen Age, où l'on prend des leçons de bonnes manières qui feraient presque passer Nadine de Rothschild pour une redoutable pétroleuse. Un monde, enfin, où l'on prie, certes, mais en gardant les pieds sur terre : pendant que papa joue les lobbyistes de l'ultradroite et prêche comme un télévangéliste professionnel, l'une des filles promeut dans les salons son « école de la grâce ». Argent, famille, patrie : le visage d'une Amérique ultra réactionnaire, aveugle aux changements sociaux. — Hélène Marzolf
 
Chargement...
Chargement...