Claude Dornier, pionnier de l'aviation

Arte
16/09/18 ~ 16:05 - 17:35

L'ingénieur munichois Claude Dornier a mis au point pas moins de soixante-huit modèles d'avions, dont bon nombre étaient révolutionnaires. Ce pionnier de l'aviation considérait l'acte de voler comme la réalisation d'un grand rêve de l'humanité. Dans les années 1920, les plans d'un hydravion que Dornier baptisa le «Wal» («baleine» en français) le font connaître à l'international. Peu de temps après, il construit le «Do X», le plus grand avion du monde avant la Seconde Guerre mondiale, qui, avec ses douze moteurs à hélice, a suscité la défiance des scientifiques. Pourtant, en 1931, son engin traverse sans encombre l'Atlantique et atterrit à New York sous les applaudissements de la foule. Mais les guerres et les revirements politiques ont compliqué ses projets dont plusieurs ne purent aboutir. Critique : En 1921, il construit un minuscule biplace. Huit ans plus tard, il fait voler le plus gros appareil au monde : le Do-X, magnifique hydravion. Inventeur de dizaines de modèles d’avions, l’ingénieur allemand d’origine française Claude Dornier (1884-1969) est un pionnier méconnu de l’aviation. Le parcours de celui qui fut à ses débuts le protégé du comte von Zeppelin n’a pas toujours été ascensionnel, comme le détaille ce (trop) long documentaire clairement destiné aux passionnés d’aéronautique. Bien au contraire, la vie du Bavarois peut se résumer à une succession de réussites et de crashs industriels, de moments de turbulence et d’accalmie, au rythme des revirements politiques et économiques. Malgré les tragédies familiales et les impasses commerciales, Dornier s’illustra par sa capacité de résilience. Ce dont témoignent avec une admiration non feinte plusieurs de ses descendants. Mais à quoi peut-on juger l’homme ? A son exceptionnelle force de caractère et à son génie ? Ou à sa capacité à prendre les bonnes décisions au moment où le cours de l’histoire s’emballe ? Dans le dernier tiers du film (le plus intéressant) l’historien allemand Lutz Budrass révèle que l’ingénieur choisit de collaborer avec les nazis dans le but de garder son entreprise. L’examen de cette période rend la figure de Claude Dornier à la fois plus complexe et moins estimable.