Arizona Junior

Arte
14/04/20 ~ 12:40 - 14:10

Comédie délirante où Laurel et Hardy rencontreraient Mad Max sur une mise en scène de Tex Avery. - Critique : Dans l’œuvre des frères Coen, Arizona Junior marque la naissance d’une idée fixe : aller voir à quoi ressemblent les rêves qu’on fait dans l’Amérique profonde. Ici, c’est au fin fond de l’Arizona que Hi, repris de justice multirécidiviste, et Ed, ex-flic, imaginent le bonheur d’une vie de famille autour d’un bébé. Mais Ed est stérile. Alors, ce bébé, c’est chez un marchand de meubles, dont la femme a accouché de quintuplés, qu’on va le prendre. Leur rêve devient réalité, et le cauchemar aussi… Chez Hi et Ed, l’enlèvement d’un bébé peut apparaître comme un souci de rendre une sorte d’équilibre à cette Amérique où certains ont plus d’enfants qu’il ne faut et d’autres, pas du tout. Le petit Arizona Junior est alors le symbole d’un rêve de justice. Mais dès que ce bébé peut rapporter des dollars, promis par son papa à qui le ramènera, il est kidnappé encore et encore, et le désir d’enfant trouve d’autres équivalents — comme le désir d’argent. Filmé comme un dessin animé, Arizona Junior est une satire très enlevée. Mais, tout en étant mordants, les frères Coen laissent percevoir, chez tous leurs personnages, un manque d’amour qui appelle profondément le désir d’enfant. L’humour a ici une qualité rare : la sincérité.
 
Chargement...
Chargement...