Mélancolie ouvrière, diffusion du 27/07/20

Arte
27/07/20 ~ 12:35 - 14:05

Née dans une famille de paysans, Lucie Baud commence à travailler à 12 ans dans une filature de soie. Jeune femme, après avoir perdu son mari prématurément, elle s'engage dans la défense des droits de ses collègues ouvrières, bientôt affermie dans sa détermination par sa rencontre avec le syndicaliste Auda... - Critique : Fidèle aux combats qu’il a toujours portés, Gérard Mordillat s’attache à une figure négligée de la lutte sociale, Lucie Baud, sortie de l’oubli par l’historienne Michelle Perrot. D’abord, on sait gré au réalisateur de nous parler de cette ouvrière des soieries lyonnaises, une des premières syndicalistes françaises. Puis on déchante. Le destin sacrificiel de sa belle héroïne a-t-il ému le réalisateur plus que de raison ? Mordillat la regarde comme médusé par le marbre délicat du visage de Virginie Ledoyen. Que sa Lucie argumente, aime ou pleure, ni les traits du visage de la comédienne ni la caméra qui les fixe ne bougent. La solennité géné­ralisée des échanges engonce la plupart des personnages dans des stéréotypes, ôtant toute chaleur à des événements pourtant pleins de bruit et de fureur… Même lorsque grévistes et syndicalistes entonnent des chants de la résistance sociale, ils paraissent sortis du musée. Dommage.