Volupté singulière

Arte
18/11/18 ~ 22:35 - 00:15

Femme au foyer mariée à un homme violent, Helene, résignée à sa condition, perd tout espoir lorsqu'elle se sent également abandonnée par Dieu. Elle s'isole peu à peu du monde, présentant néanmoins une façade sereine et effectuant mécaniquement les tâches domestiques. C'est alors qu'elle décide de se rendre à Hambourg pour rencontrer le célèbre psychologue Eduard E Gluck, qui professe que chacun peut accéder au bonheur intérieur. Aussitôt, elle voit en lui la possibilité d'une libération. Une irrésistible attirance naît entre ces deux êtres que tout semble opposer. Mais le charismatique Gluck combat lui-même ses propres démons, qui viendront ébranler la foi de Helene... Critique : Une histoire bien tordue, pour pas grand-chose. On ne sait si le roman de la Britannique Alison Louise Kennedy, adapté ici, est aussi malsain, mais on parierait qu’il a au moins le sens du grotesque, fût-il sombre. Ce que n’a pas du tout ce film laborieux, sérieux et plutôt sinistre. Une femme au foyer qui a perdu la foi et qui ne s’en remet pas tombe un jour à la radio sur un célèbre psychologue vantant sa méthode de développement personnel. Elle le rencontre, se lie d’amitié avec lui, alors qu’ils n’ont rien en commun sinon une névrose puissante. On devine entre eux une attirance, mais l’un et l’autre sont empêchés, inhibés. Lui est en fait un addict au porno le plus déviant, incapable d’avoir un rapport sexuel réel. Elle, en plus d’être abandonnée par Dieu, est une femme battue par son mari, limite psychopathe. Autant dire que ça ne rigole pas du tout dans ce film aussi constipé que ses personnages, au mystère lourdingue et à la délivrance finale très prévisible. Heureusement que ses deux acteurs — Martina Gedeck et Ulrich Tukur, tous deux présents dans La Vie des autres — ont un peu de talent. Mais qu’ont-ils été faire dans cette galère ?