Viva Zapata !

Arte
06/05/20 ~ 12:35 - 14:35

La révolution mexicaine magnifiée en chant épique. John Steinbeck, scénariste, Elia Kazan, réalisateur, ont tenu cette gageure de dire des vérités politiques fortes sans oublier que le cinéma est un art et un spectacle. - Critique : Il ne fallait pas attendre d’Elia Kazan une simple apologie du héros libérateur du Mexique. Il préféra transformer cette biographie du plus rebelle des généraux mexicains en réflexion un peu austère sur la morale révolutionnaire. Zapata est un héros paradoxal, qui navigue entre le bien et le mal. Lyrique, jamais manichéenne, l’épopée nous emporte vers une conclusion désenchantée. À l’époque, certains ont voulu y voir la préfiguration du déchirement de Kazan lors du maccarthysme, hypothèse qu’il défend lui-même, en écrivant dans ses Mémoires : « C’est mon film le plus autobiographique. » Malgré un symbolisme appuyé (le cheval blanc courant vers la montagne après la mort du héros…), le film reste une des plus fortes méditations sur le pouvoir. Une qualité que l’on doit sans doute aussi à son scénariste, John Steinbeck.