Undercover : une histoire vraie

Canal+
30/11/20 ~ 13:37 - 15:25

A Détroit, dans les années 1980, Rick Sr. Wershe vend des armes tombées du camion et fabrique des silencieux illégaux dans le sous-sol de sa maison. Avec l'argent gagné, il veut s'acheter un vidéo-club. Sa femme l'a quitté, sa fille se drogue et ses parents ne cessent de juger sa vie. Rick j., son fils de 14 ans, veut une autre vie où l'argent coule à flot et faire partie du très lucratif trafic de crack. Au grand désespoir de son père, il devient "white boy Rick" au sein d'un gang mené par des caïds noirs. A 15 ans, il se fait rattraper par la justice et pour éviter la prison, doit jouer les informateurs... - Critique : Detroit, années 1980. Rick Wershe n’a que 14 ans lorsque le FBI décide d’en faire un ­indic : le gamin, surnommé « Rick le petit Blanc », a grandi dans l’est de la ville, dans l’un des quartiers les plus pauvres. Il livre régulièrement les armes que fourgue son père aux dealers noirs du coin, et traîne volontiers avec leur bande. Il a donc ses entrées chez le caïd que la police veut faire tomber. Pour parfaire sa « couverture », on force le collégien à se lancer à son tour dans le trafic de drogue… Même si cette adaptation d’une histoire vraie respecte en partie le cahier des charges du genre criminel (règlements de comptes, soirées tapageuses et marigot politico-mafieux), elle trace son propre chemin. C’est le portrait saisissant d’une ville — un Detroit sinistré, ayant troqué le capitalisme ­industriel contre la misère, la violence et le crack. Mais aussi le portrait d’une famille, tout aussi mal en point. ‘71, le précédent film de Yann Demange, sur l’errance terrifiée d’un soldat britannique dans les rues de Belfast pendant la guerre civile, était déjà remarquable. On retrouve ici la force et l’empathie de son regard, sa capacité à contourner les démonstrations socio-politiques pour nous immerger dans un enfer quotidien.
 
Chargement...
Chargement...