Un beau soleil intérieur

Arte
16/09/20 ~ 23:50 - 01:20

Isabelle, la cinquantaine rayonnante, est divorcée et mère d'un enfant. Malgré ses échecs sentimentaux, elle ne perd pas espoir. L'artiste peintre cherche l’amour mais ne tombe que sur Vincent, un banquier veule et odieux, Fabrice, un galeriste prétentieux et méprisant. Il y a aussi cet acteur qui n'envisage pas la vie quotidienne à deux et ne veut pas s'engager. Bref, les hommes ne sont que déceptions. Isabelle ne baisse pas les bras et tombe sur Sylvain pour lequel elle flashe... - Critique : Claire Denis réussit à produire une sensation d’inédit en traitant un antique sujet : la recherche de l’amour. Isabelle, divorcée, beaucoup de déceptions affectives, ne baisse pas les bras. Elle les ouvre à chaque homme qui l’attire, avec l’espoir d’une ­fusion authentique Mais les partenaires successifs semblent vouloir tout et son contraire (Isabelle aussi) : rompre et con­tinuer à se voir ; la fougue des débuts et la tranquillité de la durée ; l’intimité du tête-à-tête et l’affichage social. Un miroir sera ­finalement tendu à tant d’aspirations simultanées : dans la plus grande scène du film, Gérard Depardieu, le voyant consulté par Isabelle, lui recommande de se recentrer sur son « soleil intérieur », mais lui prédit néanmoins une rencontre majeure… L’héroïne se demande parfois si sa vie amoureuse est derrière elle. Son âge n’est pas cité, mais il est logique de lui attribuer celui de Juliette Binoche. En donnant à son actrice un éclat juvénile et une sensualité rayonnante, la cinéaste écarte, heureusement, la piste, désormais très fréquentée, de l’amour après 50 ans. L’équation à laquelle Isabelle est confrontée fait davantage écho à notre civilisation des rencontres faciles — via les sites et les applications. Tout sauf moralisatrice, Claire Denis actualise donc avec lucidité la carte du Tendre. Sa comédie peut donner le fou rire, mais aussi un léger vertige.