Tissu local

LCP
15/12/18 ~ 22:40 - 23:30

En France, le secteur du textile est sinistré. La quasi-totalité de la production a été délocalisée et des milliers d'emplois perdus. Pourtant, le «Made in France» résiste, à l'image de l'initiative du couturier Jean-Luc François, qui a décidé d'ouvrir un atelier dans la ville de Ham, en Picardie. De la sélection des employés aux premières commandes, Maurice Ferlet a suivi cette entreprise pendant un an. Critique : Des rues fantômes constellées de rideaux de fer. A première vue, une commune picarde sinistrée par la crise de l’industrie textile. A première vue seulement, car Ham n’a pas complètement perdu son âme. Depuis 2017, un styliste fait renaître l’espoir dans le centre-ville. Créateur de lignes de prêt-à-porter pour Saint Laurent, Dior, Balmain et Chloé, Jean-Luc François a choisi d’y implanter un atelier de haute couture. Sa mission ? Redonner ses lettres de noblesse au « made in France » en formant une trentaine de « petites mains qualifiées » dans le cadre d’un programme d’insertion à l’emploi soutenu par la municipalité. Tissu local immortalise au long cours cette belle aventure humaine, du recrutement des candidats à la livraison des premières commandes. Ils se nomment Yvette, Thomas, Corine ou Nicolas, sont âgés de 25 à 65 ans, ont connu le chômage, la galère, et rêvent de faire de leur passion un métier. Si l’architecture tristounette de Ham — qu’auréole une campagne austère — et les huis clos néonisés dans l’atelier ne sont guère télégéniques, le réalisateur Maurice Ferlet parvient à les magnifier grâce à une mise en scène épurée et à une bande-son enjouée. Ebloui par la bienveillance et l’humilité intrinsèques de Jean-Luc François (l’anti-Castelbajac par excellence), son documentaire partage au quotidien les doutes et les espérances de femmes et d’hommes sur le fil du rasoir. Poignant.   Suivi d’un débat animé par Jérôme Chapuis.
 
Chargement...
Chargement...