Tissu local

LCP
24/12/18 ~ 11:30 - 12:30

En France, le secteur du textile est sinistré. La quasi-totalité de la production a été délocalisée et des milliers d'emplois perdus. Pourtant, le «Made in France» résiste, à l'image de l'initiative du couturier Jean-Luc François, qui a décidé d'ouvrir un atelier dans la ville de Ham, en Picardie. De la sélection des employés aux premières commandes, Maurice Ferlet a suivi cette entreprise pendant un an. Critique : Des rues fantômes constellées de rideaux de fer. A première vue, une commune picarde sinistrée par la crise de l’industrie textile. A première vue seulement, car Ham n’a pas complètement perdu son âme. Depuis 2017, un styliste fait renaître l’espoir dans le centre-ville. Créateur de lignes de prêt-à-porter pour Saint Laurent, Dior, Balmain et Chloé, Jean-Luc François a choisi d’y implanter un atelier de haute couture. Sa mission ? Redonner ses lettres de noblesse au « made in France » en formant une trentaine de « petites mains qualifiées » dans le cadre d’un programme d’insertion à l’emploi soutenu par la municipalité. Tissu local immortalise au long cours cette belle aventure humaine, du recrutement des candidats à la livraison des premières commandes. Ils se nomment Yvette, Thomas, Corine ou Nicolas, sont âgés de 25 à 65 ans, ont connu le chômage, la galère, et rêvent de faire de leur passion un métier. Si l’architecture tristounette de Ham — qu’auréole une campagne austère — et les huis clos néonisés dans l’atelier ne sont guère télégéniques, le réalisateur Maurice Ferlet parvient à les magnifier grâce à une mise en scène épurée et à une bande-son enjouée. Ebloui par la bienveillance et l’humilité intrinsèques de Jean-Luc François (l’anti-Castelbajac par excellence), son documentaire partage au quotidien les doutes et les espérances de femmes et d’hommes sur le fil du rasoir. Poignant.   Suivi d’un débat animé par Jérôme Chapuis.