Terminator 2 : le jugement dernier

Arte
20/02/19 ~ 01:15 - 03:30

Un T-1000 est envoyé dans le passé pour tuer John Connor. Terminator, lui, est devenu gentil. Effets spéciaux assassins, Arnold au poil et Cameron vrai cinéaste. Incontournable. Critique : Il faut s’incliner devant ce monstre d’efficacité intelligente et amère, suite à gros budget de l’excellent Terminator, bricolé par Cameron sept ans auparavant. John, ado délinquant, a été placé dans une famille d’adoption à la suite de l’internement de sa mère, Sarah. Elle promet l’apocalypse nucléaire pour 1997, prétend que son rejeton est destiné à mener la résistance contre les machines, hurle qu’un cyborg a tenté de la tuer… Folle, pense logiquement le psy, qui n’a pas vu le premier Terminator… Et pourtant, tout recommence, à un savoureux détail près. Terminator, vieux modèle T-800, est cette fois programmé pour protéger John, traqué par un T-1000, machine à tuer dernier cri en métal liquide. Il fond, coule, se resolidifie et prend la forme de ce qu’il touche : autant de merveilles visuelles qui jouent sur l’élément liquide, obsession cameronienne — menée à son comble avec Abyss. Pendant ce temps, John, Sarah et Terminator créent un nouveau schéma familial postapocalyptique, avec une mère plus virile qu’un para et une machine paternelle référente dans une société en autodestruction…