T'en fais pas, j'suis là

France 2
26/10/20 ~ 21:10 - 22:35

Un avocat est contraint de changer ses habitudes et de s'occuper de son fils, autiste, lorsque la mère de ce dernier est victime d'une rupture d'anévrisme. - Critique : Avocat fiscaliste à succès, Jonathan est le prototype du businessman imbuvable. Entre deux coups de téléphone, il prend tout de même le temps d’offrir un cadeau d’anniversaire — acheté par sa secrétaire — à son fils, Gabriel, 10 ans, autiste. Sa vie réglée comme du papier à musique s’effondre quand son ex-femme fait une rupture d’anévrisme. Le voilà désormais responsable d’un enfant de la vie et des habitudes duquel il ignore tout. Évidemment ce père absent, qui semble dépourvu du moindre bon sens (quelle idée de servir des spaghettis bolognaise à un gamin qui compte chaque petit pois dans son assiette ?), va changer. En particulier sous l’impulsion de Marie, l’éducatrice spécialisée qui accompagne Gabriel depuis des années. Avec ses personnages dessinés à gros traits — l’éducatrice ­pugnace, le géniteur indigne — et ses bons sentiments, T’en fais pas, j’suis là pouvait faire craindre le pire. Il est heureusement sauvé de la caricature par Samuel Le Bihan, premier rôle et instigateur du projet, dont l’histoire personnelle résonne avec celle de Jonathan (1). Grâce à lui, la fiction gagne en profondeur, se faisant porte-voix parfois maladroit, mais sincère, des doutes et angoisses des parents. (1) L’acteur est lui-même père d’une petite fille autiste. Dans le cadre d’une soirée sur l’autisme. suivi d’un débat et du documentaire Un pour un (lire page de droite).