Sur la piste des Mohawks

Arte
11/03/19 ~ 13:30 - 15:35

1766 à Mohawk Valley. Les Indiens multiplient les raids meurtriers et brûlent la ferme d'un couple de pionniers obligés à fuir. Un film mineur dans la carrière de John Ford, mais bien fait et attachant. Critique : Pour John Ford, Henry Fonda incarnait l’Amérique, celle des origines. Tour à tour Abraham Lincoln (Vers sa destinée, 1939), le shérif Wyatt Earp (La Poursuite infernale, 1946), l’ouvrier révolté (Les Raisins de la ­colère, 1940) ou le pionnier exemplaire (La Conquête de l’Ouest, 1962), l’acteur au regard bleu azur, droit dans ses bottes et ­solides sur ses jambes — qu’il avait très longues —, est, dans ce faux western, un fermier courageux qui s’installe à l’est dans une petite colonie agricole de la vallée de Mohawk. En 1776 la guerre de l’Indépendance fait rage. Les perfides Anglais s’allient aux tribus cherokee pour brûler les fermes… Comme toujours, John Ford excelle à mélanger l’intime à la grande histoire. Il s’attarde sur le quotidien des femmes de colons, sur la vie dans le fort, en multipliant les seconds rôles pittoresques et les détails prosaïques, comme dans la scène, poignante, du retour des soldats blessés. Le discours sur les Indiens — « les païens peinturlurés » — est encore très primaire : il faudra attendre une dizaine d’années, et Le Massacre de Fort Apache, pour que John Ford signe son grand film sur les guerres indiennes, avec un Henry Fonda étonnant… en colonel odieux.