Star Wars Episode IX : l'ascension de Skywalker

Canal+
21/10/20 ~ 07:19 - 09:36

Un an a passé depuis que Kylo Ren a tué Snoke, le Leader Suprême du Premier Ordre, et pris sa place. Bien que largement décimée après des batailles spatiales terribles dans l'espace et sur la planète Crait, la Résistance est prête à renaître de ses cendres. Rey, Poe, Leia et leurs alliés se préparent à reprendre le combat. Mais ils vont devoir faire face au retour d'un vieil ennemi : Dark Sidious, l'empereur Palpatine. - Critique : Les enfants ont passé un bon moment… Mais du dernier des films de la saga Star Wars, lancée en 1977, on attendait bien plus ! Pour les fans, la déception a été grande. Pour les producteurs, aussi : ce finale tant attendu a réalisé deux fois moins d’entrées que Le Réveil de la force, qui, en 2015, avait relancé les légendaires aventures galactiques, dans les pas d’une nouvelle héroïne, Rey, mystérieusement liée à l’histoire de Luke Skywalker. Rey est toujours là et fait du surplace : le secret sur son identité, resservi en plat de résistance, sent maintenant le réchauffé. Comme ses duels avec Kylo Ren, qui veut la détruire et l’aimer tout à la fois, on le savait déjà… En mal d’ingrédients nouveaux, cet épisode IX ressasse beaucoup. Et, signe d’un manque d’inspiration embarrassant, copie ce qu’on a vu ailleurs : au milieu des ruines de l’Étoile noire, Rey semble une nouvelle Daenerys Targaryen dans le dernier épisode de Game of Thrones. Le trône du film ressemble d’ailleurs beaucoup à celui de la série. Pas assez surprenant sur le plan du récit, le dernier Star Wars assure quand même le spectacle : une planète de glace, une autre de mer tempétueuse, une cavalerie de bestiaux futuristes qui déboule sur l’aile d’un immense vaisseau spatial… Mais ces idées visuelles séduisantes ne trouvent pas toute leur envergure dans la mise en scène passe-partout de J.J. Abrams. Après « tout ce temps » (comme dit C-3PO), la lassitude se fait sentir. La dernière scène, la plus réussie, permet au moins de toucher du doigt la magie de cet univers de science-fiction qu’on a tant aimé…