Sophie Scholl, les derniers jours

Arte
31/05/18 ~ 13:35 - 15:35

Reconstitution historique sobre, ce film est un portrait à la fois efficace et sensible qui rend justice à l'engagement politique de Sophie Scholl comme à la vive émotion qui traverse, à jamais, son histoire. Critique : | Genre : profession de foi. A Munich, le 18 février 1943, Sophie Scholl et son frère Hans sèment dans les couloirs d'une université des centaines de tracts dénonçant la stratégie apocalyptique d'Hitler et la mort de milliers de jeunes Allemands sacrifiés à Stalingrad. Une opération risquée, mais joyeuse et pleine d'espoir, du groupuscule secret que ces deux « résistants de l'intérieur » ont fondé avec un autre étudiant, la Rose blanche. Le trio est arrêté, jugé et condamné à mort. Le 22 février, Sophie Scholl est décapitée. A 21 ans. C'est toute la violence de ce destin que fait surgir le cinéaste Marc Rothemund, mais aussi sa force admirable. Grâce à des archives accessibles depuis quelques années seulement, ce jeune cinéaste allemand a pu donner une place centrale à l'interrogatoire de Sophie Scholl mené par la Gestapo. Il fait ainsi vivement résonner la voix de son héroïne, son combat, son courage, dans une mise en scène dépouillée. A la fois rigoureux et émouvant, préoccupé par le retentissement de ces événements dans l'Histoire, mais aussi par ce qu'a pu ressentir Sophie Scholl elle-même, le film a une d­imension politique autant qu'intime. Les derniers jours de Sophie Scholl sont la revendication de tout ce qu'elle est, face à ses juges, face à elle-même, face à Dieu. Ses adieux sereins au monde sont bouleversants, comme les photos qui apparaissent avant le générique de fin, montrant le sourire de la vraie Sophie Scholl, interprétée avec toute la conviction nécessaire par Julia Jentsch.
 
Chargement...
Chargement...