Royal de Luxe, le film

France 5
22/03/19 ~ 03:05 - 04:00

Immersion dans une escale de Royal de Luxe, considérée aujourd'hui comme la plus emblématique des compagnies de théâtre de rue au monde. Critique : Après s’être intéressé aux travailleuses du sexe ou aux mineurs autogérés du pays de Galles, le documentariste Jean-Michel Carré filme des artistes. Et pas n’importe lesquels… Une compagnie de quarante ans d’âge, pionnière du théâtre de rue à la fin des années 1970, Royal de Luxe ! Un nom sonnant comme un label au vu de son impressionnante capacité à s’exporter : dans cent soixante-douze villes et quarante pays des cinq continents. Son concept a germé dans l’esprit fantasque de Jean-Luc Courcoult : l’histoire d’un géant tombé du ciel, la nuit, dans la ville, qui se réveille en public avant de faire sa promenade. Depuis, ce Gulliver au doux visage de bois construit par François Delarozière et manipulé par des dizaines de lilliputiens au Havre, à Calais ou à Nantes, raconte des histoires à des villes entières. C’est le cœur de cette compagnie (et de son capitaine Courcoult, dont le rire légendaire rythme le film) que Jean-Michel Carré fait palpiter au fil des images et de témoignages… mais aux dépens, hélas, d’une certaine contextualisation. Dommage, car le caractère utopique du Royal méritait davantage d’analyse et de chronologie. Restent de formidables moments glanés à Liverpool, Perth ou Genève, où la petite géante, le petit géant noir ou la grand-mère remplacent désormais Gulliver. De nouvelles générations de lilliputiens suant-dansant ont également pris le relais des anciens pour faire défiler ces marionnettes-monstres avec la même passion.
 
Chargement...
Chargement...