Roland Dumas, le mauvais garçon de la République

France 3
26/04/18 ~ 03:40 - 04:40

Personnage aux multiples facettes, Roland Dumas a été au coeur de la vie politique et intellectuelle française ces 75 dernières années. Résistant à l'âge de 18 ans et défenseur de la cause algérienne, il a été à la fois un brillant avocat et un fidèle de François Mitterrand. Artisan de la réconciliation franco-allemande, et fervent défenseur de la politique pro-arabe au Quai d'Orsay, Roland Dumas a toujours entrenu des liens avec la Françafrique. Déchiré entre ses ambiguïtés et ses contradictions, c'était un homme épris d'une certaine liberté. Portrait d'un aventurier rattrapé par la justice, qui fut mis en cause dans l'affaire Elf au début des années 1990. Critique : « J’ai deux avocats. Pour le droit j’ai Badinter, pour le tordu j’ai Dumas », aurait dit François Mitterrand. De fait, Roland Dumas aura toute sa vie excellé dans l’art de frayer en eaux troubles. Quitte à prendre des libertés avec la morale et la loi, au nom d’intérêts jugés supérieurs (et Mitterrand en aura largement tiré parti). Faut-il y voir un comportement commun à bien d’anciens résistants, qui firent le choix (a posteriori admirable) de transgresser l’ordre établi ? Quoi qu’il en soit, le jeune homme comprit très tôt l’importance des réseaux pour mieux se hisser sur les échelons du pouvoir. Qu’il grimpera jusqu’à la tête du ministère des Affaires étrangères puis du Conseil constitutionnel. Voilà tout l’enjeu de ce portrait : retracer le parcours de Dumas, des années de guerre à l’affaire Elf, ce scandale politico-financier qui entacha profondément son image dans l’opinion, sans succomber totalement au charme de l’avocat brillant, négociateur hors pair, séducteur impénitent. Car force est de constater que son existence tumultueuse fait — encore ! — se pâmer d’admiration des politiques de tous bords. Nourri par de nombreux témoignages (Edwy Plenel, Raphaëlle Bacqué, Pierre Joxe, Jean-Marie Le Pen…), ce portrait se révèle solide, à défaut d’être pourvu du panache de son sujet. Roland ­Dumas, 95 ans, s’y exprime volontiers, le sourire large, manifestement ravi de prendre la lumière une fois encore.