Proxima

Canal+
17/09/20 ~ 08:57 - 10:41

Astronaute ayant toujours rêvé de partir dans l'espace, la Française Sarah est désignée pour participer à la mission Proxima, aux côtés de l'Américain Mike et du Russe Anton. La préparation physique s'annonce difficile. Mais Sarah est aussi inquiète de devoir quitter pendant un an sa fille Stella, une enfant sensible qui a des difficultés à l'école. C'est Thoma, astrophysicien, ex-compagnon de Sarah et père de Stella, qui s'occupera de cette dernière pendant que Sarah sera à bord de la station spatiale internationale. Avant le décollage, Sarah un entraînement complexe à Star City, le centre d'entraînement russe, entourée d'une grande majorité d'hommes... - Critique : Astronaute, Sarah s’apprête à partir un an dans une mission spatiale. Elle s’en réjouit, mais cela n’est simple ni pour elle ni pour sa fille, Stella, 8 ans, avec qui elle vit seule. ­Sarah doit se familiariser avec la séparation et s’organiser. De la base d’entraînement de l’Agence spatiale européenne, à Cologne, au cosmodrome de Baïkonour, Proxima décrit de manière très documentée comment Sarah s’entraîne physiquement et mentalement à vivre dans l’espace. Une mise à l’épreuve rude, dans un milieu d’hommes. Machine de guerre et femme ordinaire qui craque dans les toilettes, Eva Green est surtout une mère troublante. Remuée à l’idée de laisser sa fille, qui sait, peut-être pour toujours. Tout ce qui se joue entre elles, le cœur du film, est abordé avec délicatesse et droiture. Leur lien tendre, qu’on ressent fusionnel, est fait d’écoute et d’intelligence, ce qui n’empêche pas les tensions, les peurs, les faiblesses. Proxima est un film à la fois pragmatique et lunaire, qui fait la part belle à l’imaginaire, à la poésie, aux échappées fantastiques. À mesure que le jour J (le décollage) approche, une forme de suspense silencieux monte, de même que l’émotion. L’arrivée des astronautes, le public amassé, le compte à rebours, la réalisatrice filme tout cela en suggérant bien la solennité collective du moment, sans jamais rompre le fil de l’intimité.