Private Banking

Arte
In aeternum
28/06/18 ~ 22:30 - 00:05

Caroline exige que soient fermés les comptes des clients qui usent de montages financiers douteux pour échapper au fisc. Grâce à plusieurs rencontres, Caroline découvre son père sous un autre jour. Elle finit aussi par mettre au jour ce que cache la prospérité familiale et se retrouve face à un dilemme... Critique : Caroline Pfister, psychologue, apprend que son père, patron d’une banque privée zurichoise, a été victime d’une crise cardiaque. On l’incite à céder les pouvoirs qui lui reviennent de droit, mais elle décide au contraire de s’impliquer et de faire le ménage dans un établissement aux pratiques obscures. Son optimisme et son énergie vont-ils offrir un nouveau départ à la banque, ou va-t-elle se faire dévorer par un milieu impitoyable, où se côtoient patriarches conservateurs et jeunes loups aux dents longues ? Private Banking (malheureusement en VF) dénonce les magouilles des « petites » banques suisses pour contourner la réglementation et continuer à faire de l’optimisation fiscale pour de riches clients étrangers. Son suspense fonctionne bien, mais son format ne lui permet pas de développer ses personnages de façon satisfaisante, et la contraint à multiplier les raccourcis — notamment la capacité de Caroline à devenir compétente du jour au lendemain. Le résultat, intéressant et divertissant, est trop didactique et bancal pour tout à fait captiver.