Prisonnière des seigneurs de la guerre

Arte
23/04/20 ~ 22:40 - 00:30

Médecin dans un camp de réfugiés, Martina est enlevée par un groupe d'extrêmistes alors qu'elle se rendait en Syrie pour soigner des combattants blessés. Leur leader la soupçonne d'être impliquée dans un transport d'armes. A sa libération, interrogée par les services secrets, Martina se pose des questions sur son véritable rôle... - Critique : Après la guerre, il se verrait bien mettre en scène La Décision, une pièce de Brecht. Pour l’instant, Charo emmène Martina, une médecin allemande, soigner des blessés entre le Kurdistan irakien et la Syrie. Et puis arrive ce qui devait arriver : des hommes en armes interceptent le camion. Martina est séquestrée à Mossoul par un mystérieux groupuscule sunnite, dont le chef a infiltré l’État islamique. Alors surgissent des questions que le texte de Brecht avait posées, quand des espions communistes exécutent un camarade trop émotif. On s’y perd ? Un peu… Le film est obsédé par l’ambition de montrer que les enjeux, dans cette partie du monde, ne sont pas simples. Si bien que la complexité gagne sa structure narrative : une triple temporalité (avant, pendant, après la ­séquestration), quelques cauchemars, un montage son et images parcouru de fausses correspondances… Ça fonctionne trois quarts d’heure, le temps que les personnages incarnent la géopolitique ambiante. Puis le soufflé retombe, et le reste, assez mou, manque de tension.