Prendre place

Arte
19/10/20 ~ 23:05 - 00:40

Après la destruction des grands ensembles de la banlieue parisienne, la Seine-Saint-Denis est redevenue le département français accueillant le plus grand nombre de bidonvilles, habités par des familles majoritairement roms. En 2015, une centaine de ces villages de fortune furent détruits. Et quelque 10 000 personnes jetées à la rue sans relogement. A La Courneuve, le réalisateur Jérémy Gravayat a filmé les habitants du bidonville baptisé la Place du Samaritain, montrant leurs interrogations, les expulsions, leur quête incessante d'un toit. Aux images d'aujourd'hui se mêlent celles des combats d'hier... - Critique : L’attente musicale du 115 a des airs de berceuse dans la voiture où deux Roumains papotent, espérant obtenir un endroit où passer la nuit. Car il faut bien un lieu où se poser, se reposer, quand on n’a pas accès aux logements sociaux et que les habitats de fortune qu’occupaient les familles ont été rasés. Dans les années 1960, à La Courneuve (Seine-Saint-Denis), des barres d’immeubles ont succédé aux bidonvilles. Mais les temps ont changé. À quoi peuvent aujourd’hui prétendre celles et ceux que l’on prive d’un toit sans leur offrir de véritable alternative ? Pendant plusieurs années, le documentariste Jérémy Gravayat s’est mêlé à la vie des familles roumaines du dernier bidonville courneuvien, pris entre une autoroute et une ligne de RER : le Samaritain, démantelé en 2015 dans des conditions désastreuses, que critiqua le Défenseur des droits. Fruit d’une complicité tissée au fil du temps et de leurs luttes, Prendre place donne à voir et à entendre avec une acuité inédite quelques-uns de ces Européens traités sur notre sol comme des indésirables. Jérémy Gravayat en fait les partenaires de son film, construisant avec eux un point de vue cinématographique qui renouvelle notre regard sur ces « populations » que nos yeux las cessent trop souvent de voir.