Pour Sama

Canal+
02/06/20 ~ 22:55 - 00:32

Waad Al-Kateab était étudiante en marketing à l'Université d'Alep quand des protestations contre la dictature ont entraîné le pays dans le Printemps arabe de 2011. Au long des cinq années qui ont suivi, Al-Kateab a filmé la destruction de la ville. La vidéaste signe cette lettre cinématographique à sa fille, Sama, où elle lui explique pourquoi elle a rejoint la révolution et pourquoi elle a décidé de rester à Alep, avec son mari docteur, Hamza. Tous les jours, celui-ci tente de sauver des vies dans un hopital de fortune... - Critique : Lorsque la révolution a éclaté en Syrie, en 2011, Waad al-Kateab, journaliste citoyenne et activiste, a commencé à filmer, avec son smartphone puis une petite caméra, les manifestations étudiantes et la vie quotidienne dans le quartier conservateur d’Alep où elle vivait. Au fil des mois, les affrontements se sont multipliés et le soulèvement s’est mué en guerre sans fin. À chaque bombardement, à chaque frappe aérienne, lorsque les blessés, les presque morts ou les enfants agonisants arrivaient à l’hôpital, ils étaient pris en charge par Hamza, jeune médecin urgentiste, aussi calme qu’héroïque. Waad et Hamza, jusqu’ici amis, sont tombés amoureux et se sont mariés. Et leur petite Sama (« le ciel », en arabe) a vu le jour au début de 2016, l’année du terrifiant siège d’Alep. Pour Sama est le récit de la vie du jeune couple, avec leur enfant. Il montre aussi le quotidien de milliers de Syriens anéantis par l’acharnement du dictateur Bachar el-Assad pilonnant Alep, détruisant son peuple. Durant quatre ans, sans relâche, Waad a tout filmé, au péril de sa vie, confiant parfois son bébé à des proches — son mari restant vingt-quatre heures sur vingt-quatre avec les blessés. Le regard de cette jeune femme, ses mots emplis d’humanité et d’amour, sa culpabilité d’avoir mis au monde un bébé dans un tel chaos, tout parle au spectateur, emmené par la force des images au cœur de la guerre, tremblant à chaque nouvel obus lancé par les alliés russes de Bachar el-Assad, puis sans voix dans les ruines de poussière et de sang. Récompensé à Cannes de l’Œil d’or du meilleur documentaire, Pour Sama est une tragédie dont on sort bouleversé et changé.
 
Chargement...
Chargement...