Nucléaire, la fin d'un mythe

LCP
02/11/18 ~ 18:00 - 19:00

La France, par choix politique, s'est rendue totalement dépendante du nucléaire, jusqu'à se mettre dans une dangereuse impasse. Qui ont été les acteurs de cette stratégie électronucléaire et ses moments clés ? Comment s'est-elle imposée à l'Etat et quels sont les risques liés au prolongement de la durée de vie du parc en exploitation ? Différents acteurs du secteur répondent à ces questions. Critique : C’est l’histoire d’une passion toxique, d’un amour fusionnel dont la France peine à se défaire. Depuis plus de quarante ans, notre pays a lié son destin énergétique à l’atome. Un mariage scellé par de Gaulle, sur fond de foi dans le progrès technologique et de crise pétrolière, et avec la bénédiction d’une classe politique quasi unanime, galvanisée par les ingénieurs d’EDF. Près d’un demi-siècle plus tard, la confiance aveugle dans cette énergie « miracle », « propre, sûre et peu chère » s’est sérieusement fissurée. Tchernobyl et Fukushima sont passés par là. Mais, malgré les alertes, les gouvernements qui se succèdent peinent à rompre avec le dogme du tout-nucléaire. Avec clarté et arguments, ce documentaire implacable décrypte la manière dont s’est imposé le mythe de l’atome triomphant, devenu « raison d’Etat », comme le souligne Bernard Laponche, ex-physicien du Commissariat à l’énergie atomique (CEA), désormais pourfendeur du nucléaire. Elus locaux acquis à la cause grâce à l’irrésistible manne fiscale, parc de réacteurs surdimensionné pour rendre la conversion au nucléaire irréversible… L’enquête pointe aussi la manière dont EDF s’entête à minimiser les risques de catastrophes majeures, et l’exemple du barrage de Vouglans, dans la vallée de l’Ain, avec ses 600 millions de mètres cubes d’eau menaçant plusieurs centrales en aval, est des plus édifiants. Dissimulation des vicissitudes des installations, errements industriels (l’EPR), investissements hasardeux à l’étranger conduisant à un endettement colossal au moment même où l’opérateur doit engager la rénovation du parc des réacteurs… Cet inventaire alarmant donne à l’entêtement dans le projet nucléaire l’allure d’une vaine et périlleuse fuite en avant.