My Skinny Sister

Arte
12/11/20 ~ 01:40 - 03:15

Derrière la complicité et les rivalités familières de deux sœurs adolescentes, une souffrance secrète couve... Film délicat et pudique d'une jeune cinéaste suédoise. - Critique : L'une patine sur la glace avec toute la grâce de son adolescence. L'autre, plus gamine et un peu boulotte, peine à tenir debout sur ses patins. Mais c'est la grande qui risque la chute... Derrière la complicité et les rivalités familiales de ces deux soeurs, couve une souffrance secrète : Katja est anorexique. Stella, qui la regarde avec admiration et envie, va peu à peu déchiffrer les signes de cette maladie que personne ne voit. En s'attaquant à ce sujet délicat, voire tabou, la jeune réalisatrice suédoise évite le film dossier : elle ne donne pas de clés, pas d'explications, mais, guidée, on le sent, par sa propre expérience, construit un univers d'émotions à la fois intériorisées et à vif. La difficulté à « régler le problème » de l'anorexie est montrée subtilement à travers la distance entre les deux soeurs : plus la petite comprend et se rapproche, plus la grande s'éloigne... Les parents, eux, sont presque inexistants, la réalisatrice semblant, tout comme son héroïne qui les rejette, incapable de les prendre en compte vraiment : tout le film est conduit du point de vue des enfants et non des adultes. Avec deux jeunes actrices étonnantes, capables de dire la peur, de suggérer la honte, l'enfermement dans le mensonge, mais aussi un lien et une légè­reté qui résistent. — Frédéric Strauss