Make Horror Great Again ! ou le renouveau du cinéma d'horreur US

Canal+
19/11/18 ~ 03:20 - 04:15

«Get Out», «It», «Sans un bruit», «Don't Breathe», «Annabelle», le box-office mondial ne cesse de frissonner. Et dans l'Amérique de Trump, le cinéma d'horreur continue de prospérer. Pourquoi ces films, qui déconstruisent méthodiquement l'American way of life, rassemblent-ils un public toujours plus nombreux ? Que racontent-ils de la société américaine actuelle ? Le cinéma d'horreur américain serait-il en train de vivre un nouvel âge d'or ? Autant de questions auxquelles répond le réalisateur Guillaume Lebeau à travers ce documentaire qui n'a peur de rien et qui analyse des séquences glaçantes. A sa manière, le cinéma d'horreur dévoile les craintes profondes, conscientes ou non, qui agitent les populations à une époque donnée. Critique : « L’horreur, arme de réflexion massive sous Trump ? » Pour tenter de répondre à cette question inaugurale et un peu provocatrice, les auteurs sont allés interroger une belle brochette de spécialistes du cinéma flippant dernière génération : des réalisateurs comme Andy Muschietti (Ça), Darren Lynn Bousman (Saw), Marcel Sarmiento (Deadgirl) ou les producteurs Jason Blum (Get out) et Sébastien Kurt Lemercier (American Nightmare). S’ils pointent très justement le début d’une reconnaissance (oscar du meilleur scénario pour Get out en 2018), ils s’emballent un peu sur la portée politique de leurs films, énormes machines à cash d’une rentabilité à faire pâlir Jean-Marc Sylvestre. Un succès qui, en revanche, est bien analysé. Le film d’horreur est l’un des derniers genres taillés pour la salle : l’expérience collective, et les cris associés, faisant toujours recette auprès du public adolescent, qui demeure le plus versé dans la manipulation psychologique. Autre idée pertinente : ces films bénéficient d’une distribution d’acteurs souvent inconnus donc tous peuvent potentiellement se faire zigouiller et le scé­­nario partir dans tous les sens (ce qui arrive rarement avec les stars, qui doivent s’en sortir coûte que coûte). Côté réalisation, rien de bien innovant, des interviews face caméra, dommage.
 
Chargement...
Chargement...