Lost in la Mancha

France 2
10/10/18 ~ 00:25 - 01:52

Making of d'un naufrage : Terry Gilliam prépare sa version de Don Quichotte, avec un casting de rêve : Rochefort, Depp, Paradis… Tempête, retards, maladie de Rochefort... : un vrai cauchemar. Critique : Film documentaire de Keith Fulton et Louis Pepe (GB/Espagne, 2002). 90 mn. Avec Terry Gilliam, Jean Rochefort, Johnny Depp. Genre : la scoumoune. On ignorait jusque-là que le making of, genre complaisant, archibanalisé par le DVD, pouvait s'apparenter à un affolant film catastrophe. Lost in la Mancha est cette perle rare, documentaire sur un film qui n'a jamais vu le jour, L'Homme qui tua Don Quichotte, de Terry Gilliam. L'été 2000, forts d'une production européenne et d'un casting rutilant (Jean Rochefort, Johnny Depp, Vanessa Paradis), Gilliam et son équipe s'affairent à Madrid aux préparatifs du tournage. Entre cette période de préproduction et l'arrêt du film, au bout d'à peine deux semaines de tournage, quatre-vingts heures de rushes seront engrangées par Keith Fulton et Louis Pepe. Lost in la Mancha en est le condensé stupéfiant, sous le signe de la poisse et du chaos. On peut y voir la mise en abyme, criante, du roman de Cervantès. Ou l'expression d'une fatalité qui frappa déjà Orson Welles aux prises avec Don Quichotte. Ou une défaite de l'Europe, face à l'Amérique, sur le front des superproductions. Ou un éloge du film rêvé, jamais advenu. Depuis un canapé, le cauchemar ressemble aussi à une comédie (très drôle). Mais devant ces montagnes soulevées en vain, on voit surtout un hommage par l'absurde au cinéma, entreprise prométhéenne, violemment hasardeuse.