L'histoire de notre vie

France 5
20/06/18 ~ 20:55 - 22:20

La fabuleuse histoire du corps humain est vue tout à la fois de l'intérieur et de l'extérieur. A travers l'histoire fonctionnelle d'Adam, 90 ans, il s'agit de mieux comprendre les effets de la vie et des événements majeurs sur l'organisme : puberté, sentiments, maladies ou excès, tout a une répercussion biologique. De son premier à son dernier souffle, Adam est ainsi passé au crible. Il évoque son existence et son corps, qui se confondent avec ceux de tout un chacun. Cette aventure débute dans les années 1950. Sa fin futuriste est fixée à 2040. Visuellement, de nombreuses animations 3D ponctuent ce docu-fiction. Critique : A 90 ans, Adam a réuni sa famille pour souffler ses bougies. Le vieil homme raconte qu’il a eu une belle existence, plus longue que ce qu’il s’était imaginé, et décide de la dépeindre à travers ses transformations corporelles, émotionnelles et psychiques. Il nous informe ainsi qu’il a bu plus de 75 000 litres de liquide, avalé 65 tonnes de nourriture et cillé des yeux plus de 900 millions de fois… Dans cet exposé de chiffres, les plus spectaculaires sont ceux du sommeil (il a dormi plus de vingt-cinq ans) et de son activité cardiaque (son « vieux cœur a battu plus de 4 milliards de fois »). L’idée d’incarner l’histoire d’une vie à travers un individu est séduisante. Elle permet d’illustrer de façon vivante les différentes étapes, de la fécondation à la naissance d’un enfant, puis le développement et le vieillissement. Hélas, le dispositif narratif se heurte rapidement à ses limites : entre les séquences avec Adam bébé se déplaçant à quatre pattes, puis Adam ado avant Adam adulte, de son premier chagrin d’amour à sa mobilisation au Vietnam, les anecdotes (fictionnées) finissent par peser sur les explications scientifiques, elles-mêmes parsemées d’archives d’actualités (John F. Kennedy, les premiers pas sur la Lune, Saddam Hussein et la guerre en Irak…). Et pour digérer ce docu-fiction, il faudra combien de temps ?
 
Chargement...
Chargement...