L'histoire d'Adèle H

Arte
20:55 - 22:30

Adèle Hugo traque le lieutenant Pinson, à qui elle voue un amour aveugle. Derrière cette passion,Truffaut traite en filigrane de l'écriture et de l'absence d'un père. Grâce à Adjani, lumineuse et dévorée, il réussit un somptueux « film à un seul visage ». - Critique : Adèle Hugo a 32 ans lorsqu’elle traque le lieutenant Pinson, à qui elle voue une passion aveugle et sans issue. Isabelle Adjani n’en a que 19 quand elle accepte ce rôle bouillonnant, initialement prévu pour ­Catherine Deneuve. Cette différence d’âge colle parfaitement au douloureux syllogisme que constitue la vie d’Adèle H. Entièrement coupée du réel, cette femme déchirée n’a aucune notion du temps. Sa passion est tellement obsessionnelle qu’elle s’éloigne de son objet pour devenir une mission générale et diffuse : « J’ai la religion de l’amour… » grave Adèle au kilomètre sur des feuilles de papier défouloir. François Truffaut endigue la folie affective de son héroïne dans des gros plans denses et exclusifs, où jamais il n’y a de place pour le partage amoureux. Son but avoué était de faire « un film à un seul ­visage ». Grâce à Isabelle Adjani, l’expérience est unique. L’actrice s’offre entièrement, ravagée par un feu intérieur qui ne demande qu’à tout incendier. Lacérée par des modulations intenses, sa voix chante les pouvoirs ambigus du mensonge : douce et crédible dans le jeu social, elle devient âcre et caverneuse quand elle profère des menaces d’amour.
 
Chargement...
Chargement...