Les égéries des grands hommes

France 5
Laure de Berny, Honoré de Balzac
23/09/18 ~ 08:55 - 09:25

Saison : 1 - Maîtresse, protectrice, mère de substitution et surtout égérie, Laure de Berny n'a jamais cessé d'aimer Honoré de Balzac, pendant près de quatorze ans. Critique : Balzac ne trouva jamais l’affection auprès de sa mère, mais dans les bras d’une de ses maîtresses. Laure de Berny fut l’amie, la protectrice et l’amante de l’auteur de La Comédie humaine. En 1822, le jeune homme de 23 ans rencontre sa muse, de quatorze ans son aînée. Cette femme d’esprit — qui a épousé à l’âge de 15 ans le comte Gabriel de Berny —, filleule de Marie-Antoinette, lui plaît instantanément. C’est elle qui corrigera ses manuscrits, l’encouragera, et même lui prêtera de l’argent « pendant les grands orages ». Elle le révélera en tant qu’écrivain et lui inspirera le personnage de Madame de Mortsauf dans Le Lys dans la vallée. En 1829, Balzac frappe fort avec son essai Physiologie du mariage, un traité qui vise à améliorer la condition conjugale des femmes, fruit de l’observation du mariage malheureux de son grand amour. Le film retrace cette liaison passionnée à travers des extraits de lettres et l’intervention des spécialistes du maître du roman français. S’il connut un nombre incalculable de maîtresses — une nouvelle chaque année à partir de 1830 ! —, Laure de Berny fut sa plus grande passion. Et sa mort, en 1836, laissa Balzac inconsolable : « La personne que j’ai perdue était plus qu’une mère, plus qu’une amie, plus que toute créature peut être pour une autre. Si je vis, c’est par elle, elle était tout pour moi. »
 
Chargement...
Chargement...