Les Dassault, une affaire de famille

France 3
01/06/18 ~ 00:15 - 01:49

En avril 1986 à l'Hôtel des Invalides, chefs d'Etat, ministres, députés et journalistes sont réunis pour les obsèques de Marcel Dassault. En l'espace d'une vie, cet avionneur de génie était devenu l'un des personnages les plus puissants et les plus riches du pays, à la tête d'un empire colossal bâti au coeur même de la République, au nom des intérêts stratégiques de la France, qui a confié l'essentiel de son aviation militaire à un homme et à sa famille. Retour sur l'histoire de cette dynastie, née au début du XXe siècle, qui épouse l'aventure industrielle et politique de la France. Des témoignages permettent d'illustrer ce récit. Critique : Dassault et les avions (Mystère, Mirage, Rafale…). Dassault et la politique (de la circonscription de l’Oise aux coulisses élyséennes). Dassault et l’immobilier, la presse (Jours de France), et le cinéma (Le Dernier Métro, La Boum)… Grâce à son obsession d’élargir le champ des possibles, Marcel Dassault, né Marcel Ferdinand Bloch, de retour du camp de Buchenwald, a créé un empire, dirigé depuis sa mort en avril 1986 par son fils Serge, longtemps écarté du pouvoir. Aujourd’hui, la troisième génération de la famille Dassault — cinquième fortune de France — est incarnée par Olivier, l’aîné des petits-enfants de Marcel. Pour raconter la construction de cet empire industriel, puis sa pérennité au cœur du dispositif de la Défense nationale durant des décennies, le film s’attache à suivre la trajectoire intime et professionnelle de Marcel, ingénieur aéronautique de génie, à la conquête du monde. Remarquablement enrichie par des archives de l’INA, la saga de la famille Dassault épouse le destin de la France et de ses dirigeants, de Mitterrand à Chirac (que Marcel considérait comme son fils adoptif). Le réalisateur Jean-Christophe Klotz entremêle les faits sans équivoque, les questions laissées en suspens et les anecdotes cocasses (ah, Paul Quilès et le pater familias, des billets plein les poches, comptant les Rafale à financer…). La liste — 100 % masculine, étonnamment — des personnalités (Jacques Attali, Roland Glavany, Philippe Alexandre…) ainsi que les témoignages des proches (Serge, Olivier et Laurent Dassault) nourrissent un portrait de groupe, sans pour autant éluder les gros scandales et petites égratignures (inéligibilité, amendes pour fraude fiscale). Mouvementée et encore émaillée de zones d’ombre, une épopée française qui se dévore.