Les Chemins de la haute ville

Arte
02/03/20 ~ 22:50 - 00:45

Un modeste employé séduit la riche héritière d'un industriel. La peinture de l'Angleterre a un peu vieilli, mais la cruauté du récit est intacte et Simone Signoret (couronnée d'un oscar) est grandiose en amoureuse délaissée. - Critique : L’ambitieux Joe Lampton quitte Dufton, cité industrielle du nord de l’Angleterre, pour Warley, où il espère améliorer sa condition. Sa liaison avec Alice, une femme plus âgée que lui, semble lui donner un certain équilibre. Mais sa rencontre avec Susan, une jeune héritière, réveille sa soif d’ascension sociale… Le film a un peu vieilli : ce qui était jugé audacieux et réaliste — la peinture de l’Angleterre industrielle, le poids du sexe dans les relations sociales — paraît aujourd’hui plus conventionnel. La prestation de Laurence Harvey en jeune homme aux dents longues manque un peu d’étoffe, mais celle de Simone ­Signoret, en amoureuse délaissée au destin tragique, valut à­ ­l’actrice française un Oscar mérité et mémorable. Sa finesse, sa ­profondeur donnent à ce drame des barrières sociales une remar­quable acuité.