Les bruits de Recife

Arte
27/02/19 ~ 23:15 - 01:20

Une poignée d'habitants, dans un quartier moderne et protégé de Recife. Une mosaïque, aux motifs particulièrement signifiants, sur le Brésil d'aujourd'hui. Critique : Oubliez les sempiternelles images de favelas. Kleber Mendonça Filho (Aquarius) montre un autre Brésil : un quartier d’immeubles résidentiels, à Recife. Un îlot urbain pour la nouvelle classe moyenne, flambant neuf, protégé — on remarque des doubles portes, des grilles, des caméras. Celle du réalisateur se glisse dans des interstices privés pour nous faire découvrir le quotidien d’une poignée d’habitants. Un patriarche manœuvre en homme influent du quartier. Un employé d’une société de ­sécurité privée se poste dans la rue pour en garantir la tranquillité. Le climat est à la parano. Le film donne l’impression de musarder dans un quartier fantôme où le moindre bruit devient suspect. Le réalisateur crée une tension subtile, à partir du voisinage ou des relations entretenues par les personnages avec leurs domestiques. Entre la froide condescendance, la familiarité directe et le paternalisme dérangeant, les rapports de force sont faussement pacifiés. Quelque chose se trame en fait, dont la teneur ne sera révélée qu’à la toute fin. La mosaïque du réalisateur condense une société aux fondations encore archaïques qui camoufle, sous son calme apparent, un sérieux risque d’explosion.