Les bons ennemis

Arte
Mon père, l'Orchestre rouge et moi
12/12/18 ~ 23:30 - 01:00

Racontée ici par Christian, son fils, l'histoire de Günther Weisenborn, auteur, père de famille et résistant mort en 1969 à l'âge de 66 ans, permet de réhabiliter les sympathisants de l'«Orchestre rouge». Démantelée en 1942 par la Gestapo, l'organisation a vu la plupart de ses membres considérés comme des agents du KGB et des traîtres à la patrie, puis condamnés à mort par l'administration hitlérienne. Günther Weisenborn est l'un des rares à échapper à son exécution. Il s'efforcera ensuite de blanchir ses camarades, en vain. Il faudra attendre l'année 2009 pour que la vérité éclate et que soit lavée la réputation du groupe. Critique : « Que faisais-tu sous le nazisme ? » Cette ques­tion, placée au tout début de son documentaire par Christian Weisenborn, bien des Allemands l’ont posée à leur père. Pas lui, dont le sien s’illustra en combattant le régime hitlérien jusqu’à inspirer sa génération lors des mouvements contestataires de la fin des années 1960. Reconstituer le parcours du résistant Günther Weisenborn (1902-1969) appelait de la part de son fils qu’il imprègne son ­récit d’une dose de subjectivité. Or, mis à part un enregistrement amateur savoureux, dans lequel la mère du réalisateur évoque l’histoire de son couple sur un mode nullement compassé, tout, dans ce documentaire, l’apparente au tout-venant de la production allemande. Impersonnalité du point de vue, surabondance d’a­necdotes et d’images prétextes, usage irré­fléchi de l’archive, construction maladroite et réalisation bâclée. On en apprend certes beaucoup sur l’histoire de l’Orchestre rouge, mais à la seule condition de ne pas s’endormir devant ce film, d’autant plus décourageant qu’il semble interminable.
 
Chargement...
Chargement...