Les Aristochats

France 2
25/12/18 ~ 15:05 - 16:20

Disputes autour d'une succession entre les héritiers à quatre pattes et un majordome cupide. La première grosse production Disney après la mort de Tonton Walt. La première surtout à se dérouler à Paris, version début du XXe siècle, et à donner la vedette aux chats. Une franche réussite. Critique : Adélaïde de Bonnefamille veut léguer ses biens à Duchesse, chatte racée, et à ses ­petits. Ce n’est pas du goût du majordome cupide, mais, heureusement, un chat de gouttière irlandais joue les chevaliers. Ce dessin animé « commandé » par Walt Disney, peu avant sa mort, en 1966, est aussi le premier à se dérouler à Paris, version début du XXe siècle, et à donner la vedette aux chats, d’habitude cantonnés aux rôles des méchants qui prennent une pâtée par les chiens. C’est une franche réussite, rythmée, drôle et pastel, qui, près de cinquante ans après, se déguste encore comme du ­petit-lait. Thomas O’Malley pourrait être ­Robert Mitchum, Duchesse a la classe de ­Deborah Kerr. Et, surtout, il y a le jazz hot de Scat Cat et sa bande de matous fous de swing. « Tout le monde, tout le monde, tout le monde veut devenir un cat. Alléluia ! »