Le voyage de Pénélope

Gulli
21/05/18 ~ 22:30 - 00:10

Maxime et Paulo se disent qu'ils n'ont pas atteint leurs 20 ans pour continuer à passer des vacances familiales au camping du lac. Ils noient leur dépit en tentant de gagner le voyage vers des îles lointaines que promet le grand jeu des sodas Bora-Bora. Contre toute attente, ils gagnent le gros lot... Critique : Téléfilm de Patrick Volson (France, 1995). Scénario : David Pharao. 105 mn. Rediffusion. Avec Micheline Presle : Hermine. Claude Piéplu : Gaspard. Sonja Codhant : Pénélope. Guillaume Canet : Maxime. Eric Seigner : Paulo. Marie-Christine Laurent : Audrey. Agathe Chouchan : Suzanne. Katy Avram : la mère de Maxime. Vincent Audat : le père. Anne-Marie Ponsot : la mère de Paulo. Zinedine Soualem : le vendeur de voitures. Claude Piéplu : Gaspard. Micheline Presle : Hermine. Maxime et Paulo, deux copains glandeurs, s'ennuient copieusement pendant les vacances familiales. Leur passe-temps favori consiste à gratter frénétiquement les capsules de soda Bora-Bora afin de gagner une croisière dans des îles paradisiaques. C'est grâce à Pénélope, la caissière ringarde de la supérette, qu'ils finissent par décrocher le gros lot. Les trois ados partent ensemble pour Marseille, mais les garçons sont décidés à se débarrasser de l'enquiquineuse durant le voyage. Leurs plans seront contrariés par la rencontre d'un turbulent couple de septuagénaires, Hermine et Gaspard. Les auteurs se sont amusés à brouiller les cartes. Dans cette histoire, la fantaisie et la liberté ne sont pas du côté de l'adolescence, mais du troisième âge, même si l'on re­trouve avec plaisir l'acteur et cinéaste Guillaume Canet en jeunot. Les amoureux fugueurs au féroce appétit de vivre, ce sont les deux retraités. Pour interpréter Gaspard et Hermine, le réalisateur, Patrick Volson, a reformé le duo Micheline Presle-Claude Piéplu (formidable dans Beau Temps, mais orageux en fin de journée, puis dans Casque bleu). Le Voyage de Pénélope doit beaucoup à ces deux merveilleux acteurs. Dès qu'ils apparaissent, ils nous font oublier que cette comédie peine parfois à trouver son rythme. Valérie Hurier
 
Chargement...
Chargement...