Le port de la drogue

Arte
27/09/20 ~ 08:30 - 09:50

Tourné en pleine guerre froide, ce film noir réunit un pickpocket et une fille facile, plongés dans un complot communiste. Fuller signe un sommet de violence brute et de réalisme social. - Critique : Dans le métro new-yorkais, un pickpocket fait le sac d’une coquette. On tente de l’arrêter. Trop tard, les portes se referment. L’homme ne sait pas qu’il a volé un microfilm convoité par les Soviétiques. La femme elle-même ignorait ce qu’elle transportait. Ils ont désormais le FBI et les communistes aux trousses. Fuller insiste sur ce qui, selon lui, manque au film noir américain : le réalisme. Le cinéaste ne triche pas. Il fait de son film un hymne aux petites gens de New York. Richard Widmark joue avec talent le malfrat médiocre embringué dans une affaire trop grosse pour lui. Sa petite cahute au bord de l’eau, qu’on atteint par une passerelle bringuebalante, est le décor d’une lutte sans merci. Jean Peters fut choisie « pour ses jambes un peu tordues, un peu arquées ». Elle illumine le film de sa beauté canaille. Ne cherchez pas la drogue annoncée par le titre. Pour éviter toute référence à l’Union soviétique, la censure française remplaça dans la version doublée le microfilm compromettant par un simple sachet de stupéfiants ! La version originale vous épargnera cette belle démonstration de camouflage diplomatique…
 
Chargement...
Chargement...