Le petit prince a dit

Arte
17/07/20 ~ 12:35 - 14:15

Le plus beau film de Christine Pascal. Violette a une tumeur au cerveau. Son père refuse de l'hospitaliser et part avec elle en Provence, où les rejoindra son ex-femme. Interprètes bouleversants, au service d'une histoire qui aurait pu être mélo mais qui est juste tendre et lumineuse. - Critique : Film de Christine Pascal (France, 1992). Scénario : Ch. Pascal et Robert Boner. Image : P. Marti. Musique : Bruno Coulais. 115 mn. Avec Richard Berry, Anémone, Marie Kleiber. Genre : drame psychologique. Apprenant que sa fille, Violette, 10 ans, a une tumeur au cerveau, Adam l'arrache littéralement aux médecins. Non, elle ne subira pas les horreurs de l'acharnement thérapeutique. Elle fera un long périple en Provence, où Mélanie, sa mère, jusque-là séparée d'Adam, les rejoindra. La cellule familiale se reforme provisoirement, jusqu'à l'arrivée de la maîtresse d'Adam... Un film plein de vie sur la mort : c'est ce qu'a superbement réussi Christine Pascal. Qui devinerait, en voyant Violette, ronde et rieuse, que la mort est au travail ? Ses parents en oublient leurs différends et semblent vouloir vivre deux fois plus fort. Constamment sur le fil, Christine Pascal s'attarde sur la plénitude des corps, sur la beauté de la nature ensoleillée. Ce n'est que furtivement qu'elle nous montre se ternir le regard de l'enfant (Marie Kleiber, inoubliable). Prix Louis-Delluc 1992, Le petit prince a dit redonne leur sens à deux qualificatifs galvaudés : pudique et bouleversant. D'autant que, depuis, la réalisatrice nous a quittés tragiquement après un dernier film, Adultère, mode d'emploi (1995). Bernard Génin
 
Chargement...
Chargement...