Le pacte d'Adriana

Arte
04/12/18 ~ 00:50 - 02:25

Radieuse et coquette, Adriana est une tante en or pour Lissette, qui n'a pas connu sa mère. Exilée depuis des années en Australie, Adriana, que tous ses proches surnomment «Chany», a prévu de passer quelques semaines au Chili à l'occasion d'une fête familiale. Mais elle est arrêtée à sa descente d'avion. La justice la soupçonne d'avoir participé aux enlèvements et aux assassinats d'opposants lorsque, dans les années 1970, elle travaillait pour la Dina, la terrible police politique du général Pinochet. Récusant les accusations, Adriana fait appel aux sentiments filiaux de sa nièce, étudiante en cinéma, pour prouver son innocence... Critique : « Toutes les familles cachent au moins un secret ; la mienne ne fait pas exception », confie la jeune Lissette Orozco au début de ce documentaire. Son tout premier, qui interroge le passé aussi obscur qu’insoupçonné de sa tante Adriana Rivas, dite « Chany », dont la personnalité solaire et la grande élégance la fascinaient, enfant. Poursuivie par la justice chilienne pour avoir participé aux actes de torture et aux assassinats de la police politique d’Augusto Pinochet, celle-ci clame haut et fort son innocence depuis l’Australie, où elle vit dans la crainte d’une possible extradition. Tiraillée entre son amour pour Chany et l’exigence de vérité qui la travaille, Lissette Orozco nous donne à suivre son enquête sur cette tante méconnue, avec laquelle elle s’entretient par Skype et qui cherche en elle un appui jusqu’à vouloir l’instrumentaliser. Le Pacte d’Adriana explore ainsi le passé du Chili à travers le cas de cette femme, mais conte aussi l’histoire de la perte de l’innocence. D’une forme d’émancipation. Là réside la grande réussite de cette jeune cinéaste, dont l’intégrité sans faille nourrit un suspense moral captivant de bout en bout.