Le monde perdu

Arte
05/06/18 ~ 00:50 - 02:30

Le premier dino-film de l'histoire du cinéma soixante ans avant Spielberg ! Pataux et glaiseux, les ptérodactyles et autres allosaures semblent sortis des rayons d'un magasin de jouets et possèdent un émouvant pouvoir d'évocation de nos rêves d'enfants. Critique : | Genre : Fossile du septième art. Reconstitué à partir de huit bobines endommagées et disséminées à travers le monde, voilà donc le premier dino-film de l'histoire du cinéma. Le Pr Challenger défend la thèse de la survivance d'un monde préhistorique en Amazonie. Un reporter, un explorateur, un entomologiste et la douce Paula l'y accompagnent pour prouver ses dires et retrouver le père de Paula, disparu dans une précédente expédition. Pendant qu'ils redécouvrent les origines du monde, le specta­teur retourne à l'ère du trucage-bricolage et à l'animation image par image, invention de Willis O'Brien (qui donnera vie plus tard à King Kong). Ptérodactyles, stégosaures et autres allosaures semblent tout droit sortis des rayons de Noël de La Grande Récré. Patauds et glaiseux, à des années-lumière du bruit et de la fureur de la technologie actuelle, ils possèdent un émouvant pouvoir d'évocation de nos rêves d'enfant. Et quand un brontosaure, ramené à Londres, s'évade sur la Tamise, on ne se demande plus d'où vient le monstre du loch Ness ! A regarder comme on lirait Tintin paléontologue. — Guillemette Odicino