Le maître des éléphants

Gulli
07/04/19 ~ 22:20 - 00:03

Loin de tout exotisme factice, Patrick Grandperret prend le pouls d'une Afrique vivante dans cette fable où un petit Parisien découvre le continent noir. Un agréable mélange d'onirisme et de réalisme. Critique : Film de Patrick Grandperret (France/Cameroun, 1995). Scénario : P. Grandperret et Saskia Cohen Tanugi. Image : Alexandre Degre. 107 mn. Avec Erwan Baynaud : Martin. Jacques Dutronc : Garoubier. Victor Tige Zra : Victor. Halilou Bouba : Fofana. Sotigui Kouyaté : Kambou. Sidy Lamine Diarra : le sorcier. Genre : aventures initiatiques. A 12 ans, Martin se retrouve seul à Paris, après la mort de sa mère. Du jour au lendemain, il part pour l'Afrique, où habite son père, un baroudeur mutique et mythique qu'il n'a jamais vu de sa vie. Martin doit tout apprivoiser : la nature, les Africains et, surtout, son papa buriné, qui dirige une réserve d'éléphants et s'inquiète de la disparition subite des animaux. Après un premier film de Parigot branché, où Denis Lavant se croyait encore chez Carax (Mona et moi), Patrick Grandperret surprit son monde avec L'Enfant lion, un conte africain délicat et hors norme. Cela lui réussit tant qu'il approfondit l'expérience et resta sur le continent noir pour tourner Le Maître des éléphants. Son regard n'est pas celui d'un publicitaire aux envies de chocolat ou d'un blanc-bec en mal d'exotisme. Patrick Grandperret prend le pouls d'une Afrique bel et bien vivante. Il nous montre la réalité du quotidien, nourrie de petites misères et de rêves exaucés, où la nature enivre autant les enfants que l'essence vendue à la sauvette sur le bord de la route. Ce sobre mélange de réalisme et d'onirisme fait de son film une terre d'accueil pour tous : grands et petits peuvent y picorer à leur aise un savoureux grain de folie. D'autant que les deux acteurs, excellents, se sont imperceptiblement passé le mot pour échanger leurs rôles : avec son flegme imparable, Jacques Dutronc est le gamin de l'histoire, tandis que le petit Erwan Baynaud affiche la profondeur d'un adulte marqué par une secrète épreuve. Marine Landrot