Le dernier socialiste

France 3
02:15 - 03:05

Grégoire a souhaité s'engager en politique, dans le but premier de faire «bouger les choses». Ce nouveau militant fait le choix de rejoindre le mouvement des Jeunesses socialistes. S'y est-il engagé un peu par hasard ou par conviction profonde ? Progressivement, il s'est laissé prendre au jeu, et il a développé le goût du débat. Grégoire a fait des débuts prometteurs en politique. Les responsables du mouvement le remarquent et lui font confiance. Bientôt, personne comme lui ne croit autant en une possible renaissance de la gauche. Il s'est fixé pour objectif de rallier à cette cause le plus grand nombre possible de citoyens. Critique : Comment s’engager sur un malentendu : en 2017, Grégoire, 27 ans, manifeste contre « la loi travail ». Il rencontre une militante des Jeunes socialistes, bientôt engloutie par la foule. Comment la revoir ? En s’encartant pardi ! De la primaire de la gauche à la victoire d’Emmanuel Macron à l’élection présidentielle, le réalisateur brosse, sur la longueur mais de façon fragmentée, la chronique d’un apprentissage politique à travers les yeux d’un novice. L’entrée au PS, l’investissement progressif, l’espoir d’une victoire de Benoît Hamon. Puis la déroute… Parfois anecdotique, phagocyté par des extraits de meetings et les discours bien rodés du président des Jeunes socialistes, Benjamin Lucas, ce film n’est pas tout à fait abouti. Mais le réalisateur capte quelques moments de vérité : les dissonances entre le PS et ses jeunes, les échos d’une campagne « sabotée en interne par des mecs qui soutiennent Macron », « des fédés locales qui ne jouent pas le jeu ». Et aussi des moments de solitude : où l’on voit Grégoire tracter au milieu d’un parking désert, ou courir — au sens propre — après le client pour le rallier à sa cause. La gueule de bois du second tour parachève cette initiation, plutôt instructive dans ce qu’elle révèle des désillusions au sein d’un « appareil moribond ».
 
Chargement...
Chargement...