Le cavaleur

Arte
22/07/18 ~ 09:50 - 11:30

Les affres sentimentales d'un don Juan quinquagénaire (Jean Rochefort, grandiose) partagé entre son épouse, sa maîtresse, sa première petite amie et une foule d'amitiés féminines. De Broca manie la fantaisie avec une rare élégance. Un menuet léger, avec un soupçon de mélancolie. Délicieux. Critique : | Genre : sarabande mélancolique. Edouard, la cinquantaine fringante, aime la musique et les femmes... De Broca a toujours manié la fantaisie avec une rare élégance. Sa belle idée, ici, est d'avoir fait d'un séducteur un musicien qui rêverait de rassembler toutes les femmes sur une même portée. Il n'est donc pas un collectionneur, mais le compositeur d'une femme complète. Pourtant, comme le dit joliment son ex : « Tu es un courant d'air qui laisse des rides sur les visages de celles que tu as aimées. » A son menuet léger, de Broca met un bémol mélancolique : il faut aussi composer avec le temps qui fuit. S'arrêter de cavaler est une petite mort. Reste, pour Edouard, à envisager le renoncement comme un apaisement. A l'image de cette partie de campagne finale, où les sourires de ses conquêtes forment autour de lui une ronde lumineuse. Sept archétypes féminins, incarnés par sept actrices parfaites, pour un Jean Rochefort tout de charme et de subtilité. — Guillemette Odicino
 
Chargement...
Chargement...