Le Caravage

Arte
29/12/18 ~ 01:15 - 02:25

Alain Cavalier filme le cheval de Bartabas (qui porte le même nom que le peintre de la Renaissance !) avec émotion, grâce et malice. Critique : Même si Alain Cavalier a déjà réalisé des documentaires sur les grands peintres, ne pas se fier au titre. Le Caravage n’est pas consacré au maître du clair-obscur mais à son « homonyme » : un cheval, propriété de Bartabas, le fondateur du théâtre équestre Zingaro. La démarche renvoie à ces pionniers du cinéma, Etienne-Jules Marey et Eadweard Muybridge, qui, au xixe siècle, ont reproduit le mouvement des équidés. Alain Cavalier a patiemment filmé l’alezan sous tous les angles et dans toutes ses allures, dans l’espoir de restituer sa beauté. Mission accomplie : il y a de la grâce dans ces images du Caravage, masse de muscles qui se révèle d’une légèreté quasi aérienne au galop. On voit aussi les soins apportés à l’animal lors de la maladie, la relation fusionnelle avec son maître… Et, comme souvent chez le cinéaste de Thérèse, cette émotion n’exclut pas la malice.