Le Brésil sous l'emprise des BBB : Bible, Boeuf, Balles

LCP
16/02/19 ~ 10:30 - 11:30

La victoire de Jair Bolsonaro à l'élection présidentielle brésilienne est un succès pour les forces les plus conservatrices du pays : les religieux évangéliques, les militaires et les grands propriétaires terriens, surnommés les «BBB» : le Boeuf, la Bible et les Balles. Majoritaires au Congrès, ils ont des intérêts convergents et ont désormais les mains libres pour appliquer une politique rétrograde. Critique : Comment doit-on interpréter l’arrivée au pouvoir du très conservateur Jair Bolsonaro en octobre dernier ? Avec grande inquiétude. Poignardé à l’abdomen le 6 septembre 2018, durant sa campagne électorale, dans la ville de Juiz de Fora, l’ancien capitaine d’artillerie brésilien avait ému l’opinion. Mais son accession n’a pas simplement été boostée par une réaction émotionnelle : elle est le fruit d’un front uni entre trois forces, les BBB, autrement dit la Bible, le bœuf et les balles, symboles respectifs des évangélistes, des grands propriétaires terriens et des militaires. Le film construit tel un triptyque revient, interviews et archives à l’appui, sur les trois piliers du Brésil, qui garantiraient à ce pays ravagé par la criminalité (avec soixante-quatre mille homicides par an) le « retour à l’ordre et à la morale ». François Cardona signe une remarquable enquête sur le long processus qui a mené Jair Bolsonaro à la victoire. En tête de ses soutiens de longue date, le pasteur pentecôtiste (et multimillionaire) Silas Malafaia a joué un rôle-clé : en 2016, ce dernier a convaincu son ami catholique de se faire baptiser selon le rite évangélique dans les eaux du Jourdan (et largement fait diffuser les images). Puis le « télévangéliste » a mené une campagne politique spectaculaire en s’appuyant sur son émission de télévision et sur les réseaux sociaux. La partie consacrée aux militaires s’avère encore plus troublante, tant les liens sont puissants entre les généraux, qui ont troqué leurs uniformes pour de rassurants costumes-cravates, et le nouveau président. Enfin, les lobbys des grands industriels (producteurs de café, soja, éleveurs de bovins…) affichent sans complexe leurs objectifs de productivité en Amazonie, poumon de la planète : accélérer encore la déforestation, y compris dans des zones protégées, afin d’augmenter leurs capacités agricoles. Un panorama anxiogène. Suivi d’un débat animé par Jean-Pierre Gratien.