Le blanc et le noir

France 5
15/12/20 ~ 00:20 - 01:55

Dans un hôtel de luxe, près de la frontière espagnole. Marguerite Desnoyers, une jeune femme possessive et jalouse, soupçonne - à juste titre - son époux, Marcel, d'avoir fréquemment des relations extraconjugales. Pour se venger de son mari volage, elle n'hésite pas à le tromper avec le premier venu. L'heureux élu, Charles Allan Smith, une vedette de passage à l'hôtel, disparaît à tout jamais après une unique nuit d'amour. Peu après, Marguerite apprend avec stupéfaction qu'elle attend un enfant de son éphémère amant. Voulant à tout prix cacher son aventure à Marcel, elle lui laisse croire que le bambin est de lui... - Critique : Film de Robert Florey (France, 1931). D'après la pièce de Sacha Guitry. Image : Theodor Sparkuhl. Musique : Philippe Parès, Georges Van Parys. 100 mn. NB. Avec Raimu : Marcel Desnoyers. Suzanne Dantès : Marguerite Desnoyers. André Alerme : Georges Samoy. Fernandel : le groom. Le genre : comédie de moeurs. Un grand hôtel, près de la frontière espagnole. Soupçonnant - avec raison - son mari, Marcel, de la tromper, Marguerite Desnoyers décide de le tromper à son tour. Elle convoque à cet effet la vedette Charles Allan Smith, qui se produit à l'hôtel, sans savoir que Smith est noir. Neuf mois plus tard, à Paris, Marguerite met au monde un enfant noir... L'idée du film - la naissance d'un enfant noir - a été reprise par Guitry lui-même dans La Vie à deux, presque trente ans plus tard, avec Fernandel dans le rôle du père. Il s'agissait d'une pochade, alors que Le Blanc et le Noir se présente avant tout comme un étonnant document sur la mentalité de la société bourgeoise de l'époque. La découverte de l'arrivée de cet enfant noir provoque une véritable panique et le médecin déclare sans aucun cynisme : « Il serait bicéphale ou hermaphrodite, il n'y aurait rien à dire... mais un Noir ! » A ce titre, la visite de Raimu à l'Assistance publique est un effrayant morceau d'« humour » grinçant, à la limite de l'insoutenable. Robert Florey s'est contenté de filmer sans grande recherche ni idée la pièce de Guitry mais, en plus de l'intérêt qu'offre la présence de Raimu - et de Fernandel, à ses débuts -, le résultat est une très surprenante chronique de moeurs. Une véritable curiosité. André Moreau